Les canailles

Mai 2015 : Élo et moi lisons des livres avec des animaux et nous jouons au jeu du nom des bébés animaux. Dans la famille canard, je demande les canailles!

canailles

Pain zéro déchet {Plaza St-Hubert}

Depuis cet hiver, je me suis équipée DU ROBOT à la Martha Stewart ou à la Bree Van der Kamp, et je peux faire encore plus facilement un excellent pain, de la baguette et autres délicieusetés sucrées, salées, etc. J’ai même testé les croissants… sauf que les croissants, c’est quand même un peu long à faire et que je n’en ai pas toujours au congélateur. Il en va de même pour la pâte feuilletée. Fait que, en bonne jeune professionnelle/maman/blogueuse/toutes autres tâches connexes que je suis dans la vie, et bien je ne fais pas encore mon pain et mes croissants tout le temps.

Mais ce n’est pas grave, comme dirait ma fille. Pourquoi? Parce que j’ai une excellente boulangerie-pâtisserie dans Rosepatrie et que j’ai pu tester cette fin de semaine, des croissants et du pain zéro déchet.

Dans Rosepatrie : du pain zéro déchet

La boulangerie la plus proche de la maison est la Pâtisserie Les P’tits Plaisirs, sur la Plaza St-Hubert. Et c’est sans hésiter que j’ai pu avoir des croissants et du pain zéro déchet.

Pain zéro déchet

Je suis sûre que si je teste d’autres boulangeries, j’aurais fort probablement la même réponse, mais comme il s’agit de ma boulangerie, je suis bien contente que le patron ait essayé de mettre directement mon pain tranché dans mon sac à vrac, confectionné il y a quelques jours : et hop, un autre achat zéro déchet!

Note à moi-même : mon sac est légèrement juste. Il aurait 3-4 cm de plus (1 pouce et demi), cela serait parfait pour le format de pain de ménage. Pour les croissants, c’était idéal : mes 6 croissants et pains au chocolat allaient parfaitement. Ce qui me conforte ainsi dans le choix d’avoir fait plusieurs formats différents, tant en tailles qu’en formes de sac (carré, sacs en longueur ou sacs en largeur). Bref, ils sont justes parfaits. Tellement parfait, que je viens d’avoir une commande d’amis pour en avoir!

La prochaine fois, je vous donnerai d’autres adresses dans Rosepatrie qui acceptent les sacs à vrac. Et vous, si vous ne faites pas votre propre pain, votre boulangerie accepte-t-elle vos sacs réutilisables?

Liebster Award 2015 : j’ai été taguée

Bref, j’ai été taguée aux Liebster Award par V-ro de Sur les chemins du Québec. J’A.D.O.R.E. ce genre de questionnaires… ironie, n’est-ce pas? Mais pour une fois, je suis bonne joueuse, je me prête au jeu. Après tout, pourquoi pas?

Liebster Award : les règles

  • Vous recevez un tag Liebster Award d’un blogueur ayant lui-même participé à cette chaîne.
  • Vous partagez 11 anecdotes sur vous (facultatif).
  • Vous répondez aux 11 questions qui vous ont été posées.
  • Vous posez à votre tour 11 questions.
  • Vous choisissez des blogueurs/blogueuses que vous souhaitez faire connaître en mettant le lien dans votre blogue.
  • Vous les informez directement sur leur page.liebster_award

Les 11 questions de Véro

  1. D’après vous, quel est votre plus gros défaut ? Je suis un tantinet maniaque. C’est-à-dire que j’aime que les choses soient faites comme je l’ai décidé, que les choses soient rangées comme je l’entends… Pas toujours facile. J’y travaille beaucoup, j’échoue encore souvent, mais c’est aussi le propre des défauts, non? Ah oui, j’ai parfois tendance à être de mauvaise foi.
  2. Si vous étiez une ville, laquelle seriez-vous ? Pas facile. Mais l’historienne au fond de moi dirait fort probablement Delphes, en Grèce. J’y ai eu ma plus grande émotion en découvrant ce site archéologique. La première fois que j’y suis allée, en octobre 2002, accompagnée de ma Maman et de ma deuxième maman, une amie de la famille, j’ai véritablement pleuré d’émotions. Par la suite, j’ai séjourné un nombre incalculable de fois à Delphes, dans la maison de fouilles de l’École française d’Athènes, j’ai pu voir le site à toutes les heures du jour et de la nuit. Ce lieu m’inspirera toujours un sentiment d’ailleurs, de détachement et de mystique.
  3. Votre plus gros moment de honte c’est quoi ? Au lycée, en terminale, en classe de philo. Notre prof s’en prenait encore à un des copains de classe – certes, il ne donnait pas vraiment les meilleurs exemples en matière d’assiduité des devoirs – mais après 3 semaines d’absence pour raison médicale, il revient en cours et n’a pas son devoir de philo à remettre (il venait de passer 3 semaines allité). La prof ne veut pas l’excuser car il est toujours en retard. Une autre fille de la classe – style petite fille modèle en façade – n’a pas pu remettre son devoir – donné 3 semaines auparavant – car la veille, elle s’est foulée l’index de la main droite en cours de sport. La prof lui répond un truc du genre : « Ce n’est pas grave ma petite J., tu pourras me le remettre la semaine prochaine. » Et de se tourner vers mon pote, et de lui dire : « Quant à toi S., tu auras un zéro pointé. » Toute la classe ou presque s’est indignée et moi de dire à ma voisine, super indignée du haut de mes 17 ans : « Mais elle ne comprend vraiment rien, ELLE! ». Sauf qu’à ce moment-là, la classe venait de se taire au complet. Un grand moment de solitude, mais qui m’a appris à assumer mes idées et mes mots. Je n’ai pas démordu de mon point de vue et j’ai réussi à faire infléchir la sanction.
  4. Livres électroniques ou livres papiers ? Livre papier pour la lecture, livre électronique pour les revues ou livres de cuisine.
  5. Les trois livres incontournables à lire que vous conseilleriez c’est quoi ? Le grand secret, Barjavel ; Malavita, Tonino Benacquista (je l’ai découvert bien avant la sortie du film) ; Beau comme l’antique, Jacques Gaillard. En bonus : La romancière et l’archéologue, Agatha Christie Mallowan.
  6. C’est quoi le premier élément de votre bucket list ? Finir l’album papier de la 2e année d’Élo.
  7. Vous faites quoi pour relaxer ? M’allonger sur le canapé et m’endormir.
  8. Quelle est votre plus grande fierté de maman ? Avoir donner naissance, allaiter ma fille malgré un début difficle, la voir grandir et devenir une petite personne avec son soit bien propre, la voir aller, tout quoi!
  9. Racontez-moi votre blague favorite. Tu connais Tchouk Tchouk la girafe? C’est une girafe dans la savane, y a un hélicoptère qui passe et tchouk tchouk la girafe. Je sais… c’est du niveau carambar!
  10. Il vient d’où votre nom de blogue ? Après 6 ans à Athènes, j’ai posé mes valises à Montréal. Simple, quoi!
  11. Quel est le premier geste que vous faites en vous levant le matin (oui même celui-là!) ? Donner à manger au chat, oui oui, au moins je peux faire celui-là même tranquille sans avoir un chat qui me miaule dans les oreilles alors que je ne suis pas réveillée.

Mes 11 questions

  1. D’où viens-tu?
  2. Quel est ton pêché gourmand?
  3. Es-tu plus du genre : j’accumule, je me contente du minimum, je désencombre, ni l’un ni l’autre?
  4. Quelle est ta meilleure adresse café dans ton quartier?
  5. Quelles est ta meilleure adresse pour acheter les meilleurs chocolats au monde?
  6. Quel est ton (tes) livre(s) de chevet en ce moment?
  7. Quel est l’objet que tu n’oublies jamais le matin en partant, ou que tu as toujours dans ton sac?
  8. Quel est ton film coup de coeur vu au cinéma depuis le début de l’année 2015?
  9. Cet été pour les vacances, tu sera plutôt : camping, chalet, hôtel ou tu vas improviser à la dernière minute?
  10. Dans ta to-do list de choses à voir/faire dans ta vie, quel est celle qui te semble le moins réalisable? Pourquoi?
  11. Dans 10 ans, tu te vois où?

Les blogueuses

  • Tendances Radis : une maman en plein processus de réduction de ses déchets qui a toujours des articles fort intéressant sur le sujet.
  • Lucie Bataille : une copine photographe, qui se lance dans le monde de la périnatalité et qui vient de devenir doula et qui a une grande douceur en elle.
  • Moi, mes souliers : elle pourrait passer sa vie à voyager. Vous cherchez des idées de voyages, son site en regorge.
  • Marionnette : on suit à peu près le même processus de désencombrement, si je n’ai pas testé une solution, vous pouvez être sûr que Marion l’a déjà essayée!
  • Macha Ô Canada : Macha, c’est une battante, c’est une combattante. Elle partage son quotidien avec son foutu cancer et partage son combat de tous les jours. Âmes sensibles, ne vous abstenez pas!

Bonne lecture !

Jour de la Terre au bureau

C’était Jour de la Terre au bureau aujourd’hui ! Dans mon milieu de travail, je tente, non pas d’imposer ma vision zéro déchet, bien que j’en parle quand on me pose des questions, mais de proposer de nouvelles idées quand on peut améliorer certaines de nos pratiques. Mais au moins, on recycle l’électronique et le matériel informatique. Aujourd’hui, comme chaque 22 avril, c’est le Jour de la Terre, et ce, comme depuis 4 ans maintenant, on recycle notre matériel usagé au Jour de la Terre.

Bandeau

Jour de la Terre dans Ville-Marie

Cette année, nous sommes en progrès car j’avais juste une boîte à archives à recycler de matériel : deux claviers d’ordinateur, un connecteur USB, une guirlande de Noël, un casque audio, une bouilloire électrique et 3 toner d’encre. C’est un énorme progrès car les années précédentes, nous avions encore des ordinateurs et écrans. Nous avons fait donc un gros travail de désencombrement… bien que nous aurons à faire notre ménage d’été, car, en communication, on produit encore beaucoup de supports imprimés, même si nous avons beaucoup diminué les productions pour limiter les gaspillages et surplus.

Jour de la Terre

L’arrondissement Ville-Marie organise à cette occasion une collecte spéciale pour les entreprises du secteur. Nous pouvons déposer notre matériel gratuitement sans avoir à nous déplacer à l’écoquartier et devoir payer les frais reliés. L’organisme Allo la Terre récupère le matériel :

Le programme Allo la Terre vise à détourner de l’élimination les appareils électroniques désuets, leurs périphériques ainsi que les piles usagées qui sont jetés à la poubelle chaque année au Québec. Grâce à ce programme, il est possible de donner une deuxième vie aux appareils électroniques, de recycler les diverses composantes des appareils défectueux et d’éliminer de façon sécuritaire les matières dangereuses.

Au bureau, nous avons une boîte en carton « Jour de la Terre » dans laquelle nous déposons le matériel à recycler. On peut même en profiter pour ramener des rebus de la maison, si on n’avait pas encore prévu le passage à son écoquartier. Dès demain, la boîte vide reprendra sa place à côté du photocopieur en attendant d’être remplie d’ici le 22 avril 2016!

Et vous, avez-vous une politique de réduction des déchets, de recyclage au bureau? Avez-vous de bonnes idées à partager pour améliorer notre vie de bureau?

Des sacs à vrac faits maison

Passer au mode vrac et se diriger vers des courses zéro déchet demande un peu d’adaptation comme s’équiper en sacs à vrac. Ayant testé le vrac quand je vais à côté de la maison, je peux apporter mes contenants en dur directement, mais lorsque je vais au marché Jean-Talon, je reviens avec mon vrac dans des sacs en plastique… ce qui n’est pas l’idéal, soyons francs! À force de chercher sur Internet, de lire un peu partout sur différents blogues, j’étais convaincue qu’il me fallait MES sacs à vrac.

Conseils pour faire ses sacs à vrac

Je suis couturière à mes heures, j’ai donc une boîte pleine de restants de tissus. Alors, j’ai profité de ma fin de semaine pour me coudre quelques sacs à vrac de différents formats pour faire mon épicerie. Je garde tous mes restants de tissus – non par maniaquerie de conservation, mais que ces rechutes me sont fort utiles quand j’ai des cadeaux de naissance à faire pour des toutous, des toutouétiquettes ou autres. Et tant qu’à avoir des restants de tissus, autant me faire des sacs à vrac les plus « cute » de l’épicerie!

J’ai donc découpé et confectionné 7 sacs à vrac en coton léger, de différents formats pour différents usages. Je me suis inspirée de deux tutoriels en ligne :

  • celui de Clémentine mandarine pour la forme générale du sac et sur les finitions du gousset pour la fermeture;
  • celui-ci pour la finition intérieure plus jolie et plus finie des sacs;
  • j’ai ajouté non pas de la corde, mais des rubans (que j’avais en stock, récupéré de confiseries ou cadeaux), ce qui a l’avantage d’être plus léger, mais il va falloir voir à l’usage si c’est assez résistant.

Mes sacs pèsent en moyenne 20 g chacun. Et pour transporter le tout, je me suis fait un sac à courses très estival pour transporter mon vrac ou le contenu de mon panier de fruits et légumes hebdomadaire.

Et vous, quelle solution avez-vous adopté pour votre épicerie en vrac? Directement avec vos contenants en dur, avec des sacs à vrac ou un mélange des deux?

De l’huile d’olive en vrac de Grèce

Comment concilier épicerie zéro déchet et huile d’olive en vrac? Pour la provençale d’origine que je suis et qui a passé tant de temps en Grèce, l’huile d’olive est au cœur de mes habitudes de cuisine.

Nous consommons beaucoup d’huile d’olive au cours d’une année, car je cuisine exclusivement à l’huile d’olive. Ce qui fait que je produisais chaque année 4 à 5 bidons métalliques de 3 L que je ne pouvais par forcement recycler. Je pouvais les déposer à l’écocentre de Petite-Patrie, tout juste. Ainsi, dans cette volonté de réduire nos déchets et vue la consommation importante que nous en faisons – autant culinaire que cosmétique, mais j’y reviendrai – trouver de l’huile d’olive en vrac – et donc zéro déchet – de qualité, pas pour autant hors de prix, et si possible de Grèce – oui j’aime l’huile d’olive de Grèce, surprenant n’est-ce pas? – était une de mes priorités dans mes recherches et exploration.

Héritage Kalamata : de l’huile d’olive en vrac

Jusqu’à présent, j’achetais mon huile d’olive à l’épicerie italienne Milano sur St-Laurent ou à l’épicerie Aliments Merci au marché Jean-Talon. J’achetais des bidons de 3 L, trois ou quatre fois par an. Depuis peu, je cherchais donc une huile d’olive en vrac.

huile d'olive en vrac

Mais au détour d’une discussion dans un bazar du quartier sur Facebook, j’ai eu vent de cette petite boutique de Petite-Patrie : Héritage Kalamata.

Une oliveraie québécoise en Grèce. […] à Montréal, une boutique pour proposer cette huile et aussi les olives préparées par la petite équipe d’Héritage Kalamata. Nous avons créé un nouveau concept écologique et un développement durable. Une formule Écolo-Vrac pour le grand public

J’y suis alors allée avec un bidon que je venais de finir et que j’ai pu faire remplir avec une délicieuse huile grecque de Kalamáta, région du sud du Péloponnèse – la Messénie – réputée pour son huile d’olive fabriquée à partir de la variété Koronéïki. C’est de l’huile d’olive vierge, première pression à froid : sa couleur est d’un beau vert foncé et le goût m’enchante pleinement! Bref, je suis ravie, j’ai désormais de l’huile d’olive en vrac qui répond à tous mes critères, même celui de venir de Grèce! En plus, c’est tout près de la maison et dans mon secteur d’épicerie zéro déchet sans transport et à pied. Et cette huile s’appelle L’Écolo en plus et on peut aussi acheter en vrac avec ses propres contenants toute une variété d’olives agrémentées pour les apéros.

Il y en a bien près du métro Rosemont à l’épicerie Marché Station 54 – soulignons-le – mais elle est excessivement chère et il faut absolument en prendre dans le contenant original, soit une bouteille de 500 ml. À 14 $ les 500 mL, c’était : 1. pas économique, 2. mais qu’est-ce que je fais de tout juste 500 ml d’huile d’olive? Cependant, je tiens à souligner cette excellente initiative de l’épicerie, même si elle ne répondait pas à tous mes critères.

Héritage Kalamata
1129, rue Bélanger
Montréal (Québec)  H2S 1H6