Zéro déchet

Se démaquiller zéro déchet : trucs et astuces

14 septembre 2015
se démaquiller zéro déchet

Se démaquiller zéro déchet et facilement? C’est possible et je vous partage même mes trucs. La salle de bain est en effet un lieu où l’on produit beaucoup de déchets et c’est une des premières pièces où j’ai travaillé à réduire mon impact à la maison et le maquillage et le démaquillage sont une des sources de déchets importantes. Bien avant de prendre conscience de la nécessité de réduire mes déchets, j’avais déjà opté instinctivement vers des options de cotons à démaquiller lavables.

Mes tous premiers, je les ai achetés lors d’un séjour en France dans une coop bio. J’avais trouvé des disques en bambou, légers et bien pratiques pour se démaquiller zéro déchet. Bon, j’avoue aussi, le démaquillage ce n’est pas toujours mon point fort et souvent c’est l’étape que je passe le soir… Avant, j’avais le savon, le démaquillant, la lotion, la crème. Bref, soyons honnêtes, cette routine ne me convient pas du tout. Je l’ai largement simplifiée au fil des années.

Réutiliser les compresses d’allaitement = se démaquiller zéro déchet

Pour en revenir à mes cotons pour me démaquiller, j’ai utilisé longtemps les premiers que j’avais achetés (en 2007 quand même), mais j’ai commencé à en manquer. Et puis je suis tombée enceinte, j’ai allaité ma fille et j’ai au début utilisé des compresses d’allaitement réutilisables en coton et en bambou. Et puis je n’en ai plus eu besoin et un jour en rangeant le panier à linge, je les ai vues à côté de mes cotons. L’équation était évidente : réutiliser, laver, 2e vie, fibres bio… J’avais tous les ingrédients pour ne plus avoir jamais aucune lingette jetable ou de coton qui en plus peluche. Et quand j’y repense, mes compresses étaient même vendues en vrac chez Câlins et popotin dans Petite-Patrie.

J’ai donc désormais une quinzaine de disques pour me démaquiller et cela me simplifie la tâche, ils sont soient lavés avec les couches lavables ou encore avec le linge normal. De temps à autre, je les fais tremper dans de l’eau bouillante avec des cristaux de soude pour les décrasser avant de les passer en machine. Je peux aussi après un lavage, les faire tremper dans un mélange de vinaigre et de bicarbonate de soude pour les blanchir un peu. En même temps, il s’agit juste de traces de mascara. J’en ai même sacrifié deux pour les utiliser pour le vernis à ongles. Et cela fonctionne très bien!

Le démaquillant : huile + eau florale

Et avec tout cela, qu’est-ce que j’utilise comme produit? Attention, je précise d’avance que la routine qui suit me convient, car j’ai un type de peau sans problème, ni grasse ni sèche, bref super facile à entretenir. Donc, bien souvent, je me nettoie le visage avec du savon sur le visage sous la douche. Mais, j’aime le démaquillage à l’huile : huile d’argan ou d’argousier, et quand je suis mal prise, c’est à l’huile d’olive! Je me démaquille avec mes compresses et ensuite, je vaporise de l’eau de fleur d’oranger ou de l’eau de bleuet comme lotion pour enlever le surplus.

Et pour hydrater? Je fais en sorte d’avoir encore l’humidité de l’eau florale sur le visage et j’applique 2-3 gouttes d’huile (argan ou argousier). Voilà, c’est aussi simple que ça!

Fabriquer son propre démaquillant?

Quand ma fille était bébé, je fabriquais moi-même mon propre liniment : 50 % eau de chaux + 50 % huile (olive à 75 % + amande douce à 25 %, cela peut-être aussi 100 % d’une seule huile). J’en gardais un peu pour moi pour me démaquiller et c’était parfait. Je séparais, car dans le liniment, j’ajoutais de l’huile essentielle d’arbre à thé (tea tree) et j’avoue que je n’avais pas envie de mettre de l’huile essentielle sur les yeux. C’était alors bien pratique, mais maintenant qu’elle est propre, je n’ai plus envie de me lancer dans la fabrication de mon démaquillant par flemme. Le seul hic, je n’ai pas encore trouvé mes eaux florales et huiles en vrac. Mais, elles sont au moins vendues dans des pots en verre (chez Maison Écolonet ou Coop Coco). C’est donc un bon début pour se démaquiller zéro déchet (enfin avec le moins de déchets possible).

En attendant, si vous cherchez d’autres recettes de démaquillant, comme toujours, Les Trappeuses en ont quelques-unes qui semblent chouettes à vous partager!

Vous l’aurez donc compris, j’ai simplifié ma routine de démaquillage et ma peau presque un an plus tard ne semble pas s’en porter plus mal. Si vous voulez un dernier petit truc d’organisation, j’avais des petits paniers suspendus qui ne servaient plus, j’en ai mis deux dans mon tiroir de lavabo : un pour les cotons propres et un pour les sales. Cela ne prend pas plus de place et c’est plus facile quand vient le temps du lavage. Se démaquiller zéro déchet, ce n’est pas si compliqué, n’est-ce pas?

Retrouvez le dossier complet pour une salle de bain zéro déchet, regroupant l’ensemble des articles publiés sur le blogue.

Salle de bain zéro déchet

Vous aimerez aussi

14 Commentaires

  • Répondre Marie Noelle Marineau 14 septembre 2015 à 22:23

    Pour me démaquiller j’utilise maintenant du liniment, c’est très efficace… mais ce n’est pas moi qui le fabrique :/

    • Répondre Lauraki 14 septembre 2015 à 22:39

      Effectivement, j’utilisais aussi le liniment, c’est vrai que c’est pas mal efficace.

  • Répondre Marie-Eve Boudreault 14 septembre 2015 à 23:07

    J’adore l’idée de réutiliser les pads d’allaitements. Merci des trucs!

    • Répondre Lauraki 14 septembre 2015 à 23:31

      Avec plaisir! C’est surtout que les pads sont super doux. Moi j’adore.

  • Répondre Marie-Pier 14 septembre 2015 à 23:48

    Pour les tampons démaquillants, j’ai ceux de la compagnie Okö et ils vont très bien. Je dois m’en racheter (j’ai refilé mes pads d’allaitement à une amie) et j’en sacrifierai aussi 2-3 vieux pour le vernis à ongles. Autrement, un peu comme toi, j’ai deux petits paniers : un pour les propres, un pour les sales. Même principe qu’avec les mouchoirs lavables!

    • Répondre Lauraki 15 septembre 2015 à 14:07

      Oui, j’en ai aussi quelques uns. Ils sont bien, quoi que un peu petits. Et oui, je fais pareils avec les mouchoirs lavables, sauf qu’ils partent directement dans le panier à linge général.

  • Répondre Valerie 15 septembre 2015 à 07:53

    J’adore l’idee des pads d’allaitment, j’utilise presentement les petites debarbouillette de bébé qui sont aussi en deuxieme vie, mais lorsque j’aurai fini de mes pads d’allaitement ils iront rejoindre les debarbouillettes pour commencer leur deuxieme vie, et c’est certainement plus doux, ils risquent d’etre favorisés.

    • Répondre Lauraki 15 septembre 2015 à 14:08

      Oui, les pads d’allaitements peuvent aussi très bien – inversement – servir comme débarbouillettes pour bébé. Et les débarbouillettes ont trouvé plein d’usage ici (même une fois en urgence pour une rupture sur le stock de papier toilette!).

  • Répondre Marylène Thériault 15 septembre 2015 à 15:22

    C’est effectivement une super façon de réutiliser!

    J’ai justement commencé comme ça à en faire en 2005 quand quelqu’un m’a demandé à un kiosque si on pourrait utiliser les compresses d’allaitement pour se démaquiller, j’ai trouvé une belle utilité à mes retails de coton bio, c’est depuis ce temps un produit très en demande, imité par plusieurs. Et je dirais tant mieux parce que les cotons jetables ne devraient juste pas exister, donc même si c’est contradictoire avec ma compagnie, je trouve que de recycler ce qu’on a déjà à la maison est encore la meilleure des solutions!!!

    Et à l’inverse mes cotons démaquillants peuvent servir de compresses de dépanage pour les plus petites poitrines 🙂

    • Répondre Lauraki 16 septembre 2015 à 12:26

      Merci Marylène pour ton commentaire. C’est effectivement en observant nos modes de vie que l’on peut trouver d’autres solutions. Tu as raison, idéalement, réutiliser ce que l’on a déjà est la solution idéale, mais que des compagnies comme toi proposent des solutions alternatives pour ceux qui étaient au jetable, il en faut aussi! D’ailleurs je découvre ta boutique à prix tout doux, on va se reparler très prochainement, je pense. 🙂

      • Répondre Marylène Thériault 16 septembre 2015 à 14:13

        À force de parler des alternatives, elles deviendront plus populaires, quelles qu’elles soient 🙂

        • Répondre Lauraki 16 septembre 2015 à 22:41

          Entièrement d’accord avec toi. Je suis la première à dire que je ne suis pas parfaite, mais je trouve que faire plein de petits gestes compte pour beaucoup. Donc oui, les méthodes alternatives vont se faire connaître.

  • Répondre Emmanuelle 29 juin 2016 à 17:55

    Pour le vernis à ongle c’est les bad de nylon le best! Et pour me démaquiller c’est les minis débarbouillettes demain fille lorsqu’elle était mini que j’utilise!

    • Répondre Lauraki 29 juin 2016 à 18:39

      Je n’ai jamais essayé le bas de nylon, la prochaine fois que j’ai une paire qui rend l’âme, j’y penserai. Merci.

    Laissez un commentaire

    20 − douze =

    %d blogueurs aiment cette page :